La sardine

La sardine fait partie des poissons gras, et en tant que tel, elle présente différents principes actifs intéressants pour la santé, dont les fameux oméga-3 ayant un effet protecteur sur la santé. De plus, ce petit poisson est une bonne source de nutriments : calcium, sélénium, phosphore, vitamine D et certaines vitamines B, dont la B12. Il ne faut pas la négliger.

Origine de la sardine

La sardine fait partie de la famille des Cupléidés. Elle donc de la même famille que le hareng. Elle serait originaire de la Méditerranée et de l’Atlantique. Elle fait partie intégrante de l’alimentation du sud de l’Europe.

Vous pouvez la trouver fraiche du mois d’avril au mois de novembre. Passé ces dates, autant se tourner vers les produits surgelés. 

La valeur nutritionnelle

La sardine est une source de protéines et de lipides. Parmi ces lipides, on compte une majorité d’acides gras polyinsaturés, dont les oméga-3, désormais réputés bénéfiques sur l’appareil cardiovasculaire. A côté de ces lipides, la sardine est aussi riche en acides gras monoinsaturés, tout aussi intéressant dans le fonctionnement cardiovasculaire.

Elle est aussi une bonne source de vitamines : B12, B5, B3, D et E. Il est à retenir que 100 grammes de sardines assurent plus de 300% de l’apport nutritionnel conseillé d’un adulte en vitamine B12, plus de la moitié de l’apport conseillé en vitamine B3 et pas loin de 10% de l’apport recommandé en vitamine D.

Les minéraux n’ont pas été laissés de côté. La sardine est une excellente source de calcium, de phosphore et de fer. Le calcium contribue à la formation des os, des dents et jour un rôle essentiel dans la coagulation du sang, le maintien de la pression sanguine et la contraction des muscles. Le phosphore, quant à lui, en plus de participer à la formation et au maintien du bon état des os et des dents ; participe à la croissance et à la régénérescence des tissus. Le fer contenu dans la sardine est très bien absorbé par l’organismes. Il participe au transfert de l’oxygène, à la formation des globules rouges dans le sang et intervient dans la fabrication de nouvelles cellules, entre autres choses.

Il ne faut pas oublier le sélénium, le cuivre et le zinc qui contribuent tous les trois au bon fonctionnement de l’organisme à différents niveaux. Comme il est possible de le constater, ce petit poisson a tout d’un grand.

 

Comment la consommer

La sardine, il y en a pour tous les goûts ! 

La conserve présente l’avantage de pourvoir la consommer toute l’année. On la trouve à l’huile d’olive, à l’huile végétale, à la tomate, à la moutarde, … Il faut toutefois faire attention au fait que la teneur en sodium varie beaucoup selon les marques et les variétés. De plus, les sardines conservées dans les sauces à base d’eau sont moins riches en matières grasses que celles qui le sont dans l’huile, quelle qu’elle soit.

Si vous optez pour les sardines fraiches, il faut manipuler avec précaution ces petites poissons à la peau délicate. Il est fortement conseillé de ne pas garder les sardines plus de 2 jours au réfrigérateur. Selon leur taille, elles sont préparées grillées, frites ou en filets ou farcies.

S’il est très fréquent de la trouver en conserve ou fraiche, ce ne sont pas les seules façons de les accommoder. Elle peut être mariée à de nombreux autres aliments : farcies à la mozzarella, sur un lit d’épinards, en escabèche, en papillote, en sandwiche, sur canapé, en salade, …

Contre-indications

Il ne faut pas oublier que la sardine fait partie des produits issus de la mer, il est tout à fait possible qu’elle provoque des réactions allergiques violentes chez une personne allergique au poisson. 

De plus, ce poisson est riche en purines, ce qui est contre-indiqué pour les personnes souffrant de la goutte, en provoquant des douleurs aux articulations par exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.