L’aubergine

Avec sa peau généralement violette, l’aubergine ne tente pas toujours. Et pourtant, elle cache des merveilles sous sa peau lisse et brillante. Elle est l’un des légumes santé par excellence. Ses anti-oxydants, ainsi que sa teneur en vitamines et en minéraux, favorisent la réduction de la glycémie et du cholestérol.

La plante et ses origines

L’aubergine est un fruit de la familles des Solanacées, donc de la même famille que la tomate et la pomme de terre. Cultivée en Inde depuis quelques millénaires, elle s’est diffusée en Chine quelques centaines d’années avant JC, puis dans le monde arabe et les pays méditerranéens vers le IXème siècle. En France, elle se cultive dans le sud de mai à octobre. Curieusement, elle se déguste avant sa pleine maturité. Dès qu’elle arrive à maturité, sa chair devient amère.

La valeur nutritionnelle

L’aubergine est l’un des légumes les moins caloriques, seulement 18 Kcal/100g quand elle est fraiche contre 33 Kcal/100g quand elle est cuite. C’est sa richesse en eau (92%) qui procure à l’aubergine sa concentration en minéraux, dont le magnésium et le zinc. De plus, sa forte teneur en potassium procure à ce légume l’avantage d’être diurétique.

Bien doté en fibres, l’aubergine agit sur le transit intestinal, d’autant plus si elle est cuite à l’étuvée ou à la vapeur. Dans les régions méditerranéennes, elle est cuisinée avec une touche d’huile d’olive et une pointe d’ail qui la rende réputée pour ses vertus sur la santé de nos artères.

De plus, l’aubergine est constituée de certains composants qui lui permettent d’entrainer les lipides dans la circulation sanguine et les empêchent d’être assimilés par l’organisme. Elle agit donc sur la diminution du cholestérol.

Ses fibres et les polyphénols qu’elle contient, en font un aliment présentant un index glycémique assez bas. L’aubergine diminue donc la glycémie sanguine et rentre en ligne de compte dans la lutte contre le diabète de type 2.

Et cerise sur le gâteau, ces mêmes polyphénols lui confèrent un effet « protecteur » face à certaines formes de cancer. A priori, ils bloqueraient la prolifération des cellules cancéreuses dans certains organes comme le foie, le colon ou les poumons.

 

 

NUTRIMENTS

AUBERGINE CUITE : TENEUR POUR 100 G

Protéines

1,23 g

Glucides

4,17 g

– dont sucres

3,41 g

– dont amidon

0 g

Fibres alimentaires

4,3 g

Lipides

0,28 g

– dont cholestérol

0 mg

– dont acides gras saturés

0,052 g

– dont acides gras monoinsaturés

0,07 g

– dont acides gras polyinsaturés

0,12 g

Eau

89,7 g

Sa conservation et sa cuisson

Il est conseillé de la conserver dans le bac à légumes de son réfrigérateur une semaine maximum. Après, elle perd certains de ses avantages santé, sans parle de sa saveur. En Italie, elle est traditionnellement conservée dans de l’huile d’olive, agrémentée d’ail, de basilic et de quelques autres épices.

A la vapeur, à l’étouffée, en friture, au four, cela dépend des goûts de chacun. Il faut toutefois faire attention au fait qu’elle doit être bien cuite, pour être bien digérée par votre organisme. Et si vous avez envie de la cuisiner à l’huile, faites attention. Sa chair absorbe très vite les matières grasses et vous risquez de rencontrer quelques difficultés de digestion.

Point d’attention

L’acide oxalique rentre dans la composition de l’aubergine. Les personnes soufrant d’arthrite ou de calculs rénaux devront éviter d’en manger, l’acide oxalique provoque des irritations locales importantes. L’absorption par les muqueuses et la peau provoque des troubles de la circulation sanguine et des dommages rénaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.